Comment se préparer financièrement à la création d’entreprise ?

Créer une entreprise impose au porteur de projet de se préparer dans de nombreux domaines. En plus d’avoir trouvé une idée et identifié les moyens de la mettre en œuvre (compétence, temps, associés, …) le futur créateur doit se préparer au financement de son projet, mais aussi à la perte de rémunération générée par la mise en œuvre de son projet.

Les dépenses générées par un projet de création

Plusieurs étapes de la création d’entreprise peuvent amener un créateur à devoir trouver du financement. Avant de créer sa société, un entrepreneur pourra être contraint à devoir financer les dépenses liées aux différentes étapes préparatrices :

  • La période d’étude de faisabilité demande de s’interroger sur l’intérêt et la faisabilité d’un projet. Elle génère souvent des dépenses liées à l’information (livres, revues enquêtes, …), des maquettes, des déplacements, …
  • La phase de conception nécessite d’acheter des études techniques, de faire une étude de marché, de réaliser des maquettes, …
  • La phase de tests nécessite des prototypages, des essais grandeur nature, des modifications et des corrections, des enquêtes auprès des clients, …
  • La phase de préparation du projet comprend elles aussi des dépenses pour élaborer le business plan, rédiger les documents juridiques (statuts, pacte d’associés, CGV, …), protéger le projet (contrat, brevets, …)
  • La phase de recherche de financement entraine des déplacements, des inscriptions aux évènements, salons, concours, …
  • La phase de lancement et de mise en place du modèle économique (dépôt de capital, création de la structure, financement du BFR, embauches éventuelles, emprunt, …) nécessite elle aussi de nombreuses dépenses parfois imprévues.

Par ailleurs, même si un créateur dispose d’un accompagnement financier pour la création de son entreprise comme les aides Pôle Emploi ou les subventions, le temps passé et le manque à gagner représentent des dépenses personnelles qui peuvent être lourdes à supporter. Enfin, dans la majeure partie des cas, créer une entreprise prend plus de temps que ce qui avait été initialement prévu. Il faut en général compter entre 6 et 12 mois supplémentaires qui pèseront sur les finances personnelles du porteur de projet.

L’ensemble de ses dépenses peuvent peser sur la viabilité du projet. Pour maximiser ses chances de réussite, un créateur d’entreprise doit étudier et anticiper le financement de son projet dès la phase d’étude de faisabilité.

Préparer le financement de votre projet de création

Il existe de nombreuses solutions pour financer un projet de création qui vont du financement personnel (fonds propres, love money) au financement externe (subventions, aides, emprunt bancaire, Business Angels, investisseurs ou levée de fonds) en passant par les aides au cautionnement (BPI France, …). Préparer le financement d’un projet de création consiste à rationaliser les ressources financières disponibles en interne afin de pouvoir optimiser les aides et les investissements externes. En effet, en dehors de quelques cas spécifiques, l’obtention d’un financement est conditionnée par la qualité du projet et le financement apporté par les fondateurs. Généralement, les investisseurs externes limitent leur participation à 2 voire 3 fois le montant investi par les porteurs de projet. En d’autres termes, plus l’apport initial des fondateurs sera important, plus les investisseurs seront prêts à contribuer au financement du projet. Par ailleurs, même s’ils distinguent la situation financière des fondateurs et celle de la société, les banquiers et les autres financeurs s’interrogent nécessairement sur les capacités d’endettement d’un créateur qui leur fait appel.

Pour faciliter le financement de son projet, un créateur a tout intérêt à optimiser son financement personnel en étudiant le regroupement de ses crédits et en isolant ses disponibilités.

Le regroupement des crédits

Le regroupement de crédits consiste à rassembler certains crédits en un crédit unique avec une seule et même durée d’amortissement. La nature des crédits qui feront l’objet d’un rachat ou d’un regroupement peuvent avoir des objets distincts (prêt immobilier, crédit à la consommation…).

Ce regroupement de crédits permet d’une part de clarifier la situation et à améliorer la visibilité du créateur sur ses engagements financiers et d’autre part d’adapter les échéances au projet de création tout en anticipant la baisse de revenu à venir. En repoussant la date d’échéance des emprunts, le regroupement de crédits permet de baisser le montant des mensualités. Si en France cet outil reste mal connu, il est souvent utilisé dans d’autres pays pour redonner un peu de liberté financière aux entrepreneurs qui en ont besoin.

Identifier et isoler les sommes à affecter au projet de création

Clarifier la situation financière consiste aussi à identifier les sommes qui seront affectées à la création de la société et à les regrouper dans un compte dédié. Travailler par anticipation dans ce domaine offre plusieurs avantages :

  • Cela permet de définir un budget et d’être certain de ne pas avoir de surprises …
  • De rendre rapidement disponibles les sommes nécessaires.
  • De mesurer les dépenses réalisées afin d’éviter tout dérapage mais aussi pour pouvoir les prendre en compte lors de la constitution de la société.

Le regroupement des crédits et l’isolation des sommes dédiées au projet de création aideront le porteur de projet à clarifier sa situation financière mais aussi à libérer une capacité d’endettement qui pourront contribuer au lancement et à la réussite de son projet.


Je simule gratuitement mon rachat de crédit

Laissez-nous votre avis

Publié dans Blog fonctionnaire.