Comment fonctionne une assurance-vie ?

Comment fonctionne une assurance-vie ?

Qu’il s’agisse de constituer un apport pour l’achat d’une résidence principale, de créer un capital pour sa retraite, ou de financer le lancement d’une entreprise, les Français sont nombreux à épargner une part significative de leurs revenus. Le taux moyen d’épargne s’élève à près de 15 % en France.

Des avantages de poids

Si beaucoup d’épargnants privilégient les livrets réglementés pour placer leur argent, l’assurance-vie est l’enveloppe d’investissement la plus intéressante pour faire fructifier son capital à moyen et long terme. Ne confondez pas avec l’assurances-décès ! L’assurance-vie bénéfice de deux avantages de poids : une allocation du capital sur mesure pour tous les goûts et une fiscalité très avantageuse. Dans cet article, nous faisons le point sur les atouts et le fonctionnement de l’assurance-vie.

Les produits logeables en assurance-vie

L’assurance-vie n’est pas un produit financier, mais une enveloppe au sein de laquelle l’investisseur peut loger des produits financiers. Les Français présentent une aversion au risque importante. Pour cette raison, ils se tournent massivement vers les fonds en euros. 80 % des encours sont ainsi dirigés vers ces fonds à capital garanti. La grande majorité des contrats d’assurance-vie commercialisés sont dits « multi-supports » : le contrat permet de loger différents supports, en particulier les unités de compte.

En plus des fonds en euros, l’assurance-vie permet ainsi également d’investir en bourse ou dans l’immobilier. Les investissements en bourse peuvent prendre la forme de parts d’OPCVM (organisme de placements collectifs en valeurs mobilières) ou de fonds d’investissement. Sachez que les investissements immobiliers sont possibles via la « pierre-papier » (SCPI, OPCI, SCI).

Le rendement des meilleurs fonds en euros s’établit autour de 2,5-2,9 % en 2018. Ce rendement ne fera pas forcément rêver, mais il est garanti sans perte en capital, couvre l’inflation et demeure très supérieur à celui des livrets réglementés (dont le rendement est de 0,75 % début 2019).

Pour obtenir un rendement supérieur, les investisseurs devront nécessairement se tourner vers des produits plus risqués tels que la bourse ou l’immobilier. Historiquement, ces actifs offrent les meilleurs rendements. Actuellement, les SCPI offrent un rendement de l’ordre de 4,5 % par an. L’assurance-vie permet donc d’accéder à des produits offrant des rendements intéressants. L’intérêt de l’assurance-vie est que cette enveloppe donne également accès à une fiscalité plus clémente que celle s’appliquant par défaut aux revenus du capital.

Des avantages fiscaux importants

Les avantages fiscaux de l’assurance-vie se matérialisent dès lors que le contrat atteint 8 ans. À partir de cette date, l’épargnant a la possibilité de faire des retraits de l’assurance-vie sans payer d’impôt sur les gains : un abattement de 4 600 euros par an s’applique sur la part de gain lors de retraits. Cet abattement est doublé pour les couples (9 200 euros). Après 8 ans toujours, la part des gains excédant cet abattement et réalisés sur la part des apports inférieurs à 150 000 euros est taxée à un taux réduit (prélèvement forfaitaire unique de 24,7 % ou barème de l’impôt).

La part des gains de retraits réalisés avant les 8 ans du contrat ou sur la part de capital investi au-dessus de 150 000 euros est taxée selon le taux ordinaire applicable aux revenus du capital. L’épargnant peut alors opter pour le prélèvement forfaitaire unique (flat tax 30%) ou le barème de l’impôt sur le revenu. La seconde solution est intéressante pour les épargnants non imposables. Attention, si l’épargnant choisit l’imposition au barème de l’IR, ce mode d’imposition s’appliquera sur l’ensemble de ses revenus du capital.

L’assurance-vie est également un outil intéressant pour transmettre son patrimoine à ses héritiers avec une fiscalité faible voire inexistante. En effet, il est possible de transmettre 152 500 euros à chaque bénéficiaire désigné sans payer d’impôts. Mais pour cela, les sommes doivent avoir été versées sur le contrat avant les 70 ans du souscripteur. Après cet âge, les avantages sont beaucoup plus faibles.

Ouvrir une bonne assurance-vie

En matière d’assurance-vie, le meilleur côtoie le pire. La qualité d’une assurance-vie doit être évaluée selon 3 critères : les frais, le rendement du fonds euro et l’offre de service. Sachez que les contrats avec davantage de frais ne présentent pas nécessairement l’offre de service la plus complète. Au contraire, on trouve des contrats d’assurance-vie avec des frais très faibles et l’accès à un grand choix d’unités de compte. Les courtiers spécialisés en ligne donnent souvent accès à une offre très complète et sans frais sur versement ni frais d’arbitrage. La seule contrainte est que les contacts avec le courtier se passent essentiellement par e-mail ou téléphone. Notez que cette contrainte est plutôt perçue comme un avantage pour les digital natives, les personnes à l’aise avec internet et désireuses de gagner du temps dans la gestion de leur épargne.

Les banques traditionnelles proposent souvent des contrats avec des frais d’entrée. Ces frais viennent minorer votre capital et il sera nécessaire de patienter plusieurs années pour compenser ces frais et retrouver votre capital initial… bref vous perdez plusieurs années de rendement. En contrepartie, vous pouvez rencontrer un conseiller de visu. Si les frais vous semblent excessifs, il est toujours possible de négocier, mais vous ne tomberez pas à 0 frais sur versement. Avant de signer un contrat, assurez-vous enfin que ce dernier comporte un bon choix d’unités de compte si vous souhaitez diversifier vos placements. Et comparez bien l’historique de performance du fonds euro avec les meilleures assurances vie.


Je simule gratuitement mon rachat de crédit

Publié dans Blog fonctionnaire.