Les crédits immobiliers sur 30 ans, une aubaine ?

Les crédits immobiliers sur 30 ans, une aubaine ?

Les banques multiplient les offres de prêt immobilier sur de très longues durées. Ainsi, un nombre croissant de jeunes emprunteurs peuvent accéder à la propriété.

Un avantage pour les jeunes primo-accédants

La disparition des APL accession et le nombre de bénéficiaires du prêt à taux zéro en chute amène les banques à proposer des offres sur de très longues durées. Le but des établissements prêteurs est de financer les acquisitions immobilières des primo-accédants.

Ainsi, pour les jeunes acheteurs qui souhaitent devenir propriétaire de leur résidence principale, ce genre d’offre permet de diminuer la somme des mensualités afin de ne pas dépasser le taux d’endettement fixé à 33 % des revenus. Pour les actifs modestes qui possèdent des revenus entre 1 500 et 2 000 euros par mois, ces offres de crédits immobiliers longues durées représentent donc une véritable aubaine. Une simulation réalisée par un courtier spécialisé révèle qu’un couple souhaitant acquérir un bien de 300 000 euros en petite couronne Parisienne, avec un apport de 10 % et des revenus de 4 000 euros nets par mois aura tout intérêt à souscrire un prêt sur une durée importante.
En effet, il sera impossible d’emprunter sur une durée de 20 ans car le taux d’endettement serait de 38 %. Sur 25 ans, le dossier passerait tout juste, avec un endettement de 33 % et des mensualités de 1 321 euros. Cependant, c’est avec une durée de 30 ans que le couple d’emprunteurs aurait une plus grande marge de manœuvre et un taux d’endettement correct à 31 % pour des mensualités de 1 231 euros. Néanmoins, sur ces longues durées, les taux d’intérêt sont bien plus élevés et le coût du crédit augmente de plus de moitié, pour atteindre 143 026 euros, contre 66 720 euros sur 20 ans.

Un coût du crédit important

Le coût du crédit sur une durée de 30 ans peut rebuter plus d’un emprunteur. Toutefois, s’engager dans un prêt immobilier n’implique pas forcément de le garder jusqu’à l’échéance. En effet, la durée réelle d’un crédit immobilier pour un primo-accédant oscille entre 5 à 7 ans.

La plupart des ménages gardent leur bien durant ces quelques années avant de le revendre en réalisant une plus-value dans le but d’acquérir un bien de qualité supérieure avec un taux plus avantageux. Cette durée limitée permet donc de ne subir que partiellement le coût du crédit. Il faudra cependant bien réfléchir avant de se lancer dans une telle opération, car durant les premières années, l’emprunteur ne rembourse principalement que des intérêts. Une opération de rachat de crédit immobilier pourra également être envisagée si l’emprunteur dispose par la suite de plusieurs emprunts de différentes natures (crédits auto, travaux…) qu’il souhaite regrouper afin de bénéficier d’une mensualité unique. Cette opération peut permettre de revoir la durée initiale du crédit, si les revenus de l’emprunteur ont évolué.


Je simule gratuitement mon rachat de crédit

Publié dans Blog fonctionnaire.