Locataire : des loyers de moins en moins élevés

salon appartement

Depuis quelques années, de nombreux bailleurs ne revoient plus leurs loyers à la hausse, notamment lorsqu’aucun travaux n’est réalisé entre deux locataires différents. Cette tendance se confirme à un niveau national, hormis quelques exceptions comme Paris et ses alentours où les loyers sont encore susceptibles d’augmenter durant le bail ou  après le départ du précédent locataire.

Des baisses de loyer successives depuis 2011

Depuis déjà quelques années, les montants des loyers dans le marché locatif privé stagnent ou sont revus à la baisse en fonction du logement, du lieu et des travaux réalisés.

Ce phénomène est appuyé par l’observatoire Clameur, ayant observé cette tendance et démontre que depuis 2011, le montant moyen des loyers est en stagnation et peut parfois être réduit en fonction des prix du marché et des logements disponibles dans le secteur.

Par ailleurs, l’observatoire Clameur note qu’entre deux locataires, le loyer de relocation se trouve généralement réduit. Connaissant avant 2011 une progression de 5,2% par an, ces loyers sont peu à peu revus à la baisse mise à part dans quelques villes comme Paris, ou en 2017 les loyers ont augmenté en moyenne de 1,9%.

Une tendance qui se confirme au niveau national

En 2017, les loyers ont reculé dans 49,3% des villes de plus de 10 000 habitants et ont également baissé dans 35% des villes de plus de 150 000 habitants.

Toutefois, il est possible que dans certains cas le loyer subisse une augmentation du à des travaux d’entretien courant ou des travaux d’amélioration significative du logement (installation d’un ascenseur, mise en place de solution internet, etc.) ce qui implique parfois une hausse d’environ 10% du loyer.

Ce phénomène global peut s’expliquer par le fait que la demande est de moins en moins présente sur ce type de marché qui souffre des bonnes conditions de crédit accordés aux particuliers souhaitant acquérir un logement. Du fait que certains loyers peuvent représenter une mensualité de crédit immobilier, de nombreux locataires sautent le pas et deviennent propriétaires.

De même, le prolongement de certains prêts aidés comme le PTZ (prêt à taux zéro) ne permettent pas au marché locatif de s’épanouir ce qui implique une baisse des loyers de manière générale, hormis là où la demande est forte comme à Paris et ses alentours où les loyers subissent souvent des évolutions, positives comme négatives.


Je simule gratuitement mon rachat de crédit

Locataire : des loyers de moins en moins élevés
5 (100%) 4 votes

Publié dans Blog fonctionnaire.