Le livret A pointé du doigt pour sa faible rémunération

Le livret A pointé du doigt pour sa faible rémunération

Entre une inflation qui évolue à la hausse et une nouvelle méthode de calcul du taux, le livret préféré des Français connaît une période agitée.

Une popularité déchantée par son rendement peu attractif

Le livret A est le produit d’épargne phare pour les particuliers du territoire tricolore. Depuis sa création il y a quasiment deux siècles de cela, le livret est plus que plébiscité par les épargnants. Une situation démontrée par les 55 millions de livrets A ouverts par la population et recensés par la Banque Centrale française à la fin 2017.

Toutefois, l’association CLCV ne cache pas son inquiétude quant à la faible rémunération accordée aux ménages. Il faut dire que le taux d’intérêt demeure historiquement bas avec un petit 0,75%. Et la Banque de France a démontré sa ferme intention de rester dans cette phase relativement terne pour les épargnants. En effet, le taux est gelé à ce niveau au moins jusqu’en 2020. Au-delà, une augmentation est bel et bien prévue mais rien n’est encore fixé dans le marbre. La revalorisation reste à définir.

Une inflation qui croque l’intérêt économique du produit

Et ce qui fait tant sortir des gonds l’association de défense des consommateurs, c’est surtout le rapport inquiétant entre le taux d’intérêt du livret et l’inflation ressentie. Et en 2018, le regain s’est très nettement fait ressenti puisque l’année s’est conclue avec un accroissement général des prix de 1,6 à 2%. Le problème, c’est que la méthode de calcul qui définit le taux du livret s’indexe sur cet indicateur tout en soustrayant 0,25 point. Et en effectuant les comptes, il semble clair que le gel actuel pénalise le rendement des ménages.

Le rendement du livret A est par conséquent négatif. Ce qui signifie qu’en plaçant leurs ressources sur ce livret, la population perd théoriquement de l’argent. La CLCV annonce en outre que cette différence d’écart entre les indicateurs a fait perdre 3,6 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux ménages rien que pour le compte de l’année 2018. Et les revendications de l’association ne s’arrêtent pas là puisqu’elle encourage le ministère de l’Économie et des finances à revoir sa copie pour le calcul du taux. En effet, un projet entend corriger la méthode de détermination du taux en 2020. Et la CLCV indique que ce nouveau procédé de formulation de la rémunération du livret ne sera pas favorable aux épargnants.


Je simule gratuitement mon rachat de crédit

Le livret A pointé du doigt pour sa faible rémunération
5 (100%) 1 vote

Publié dans Blog fonctionnaire.