Crédit immobilier : des conditions d’emprunt toujours favorables

équipe

Les taux de crédit immobilier se sont stabilisés à 1,47 % en moyenne en avril 2018. Les conditions d’emprunt sont toujours favorables. Toutefois, si la durée des prêts s’allonge pour compenser l’augmentation des prix immobiliers, cela ne suffit pas à résorber la perte de pouvoir d’achat des ménages.

Des taux attractifs qui dopent le pouvoir d’achat des ménages français

L’Observatoire Crédit Logement / CSA montre que les taux de crédit immobilier sont restés stables, à 1,47 % en avril 2018. Depuis l’été 2017, ils affichent une baisse progressive d’environ 1 point de base par mois et retrouvent leur niveau de fin d’année. Les conditions d’emprunt restent donc exceptionnelles.

Autre bonne nouvelle pour les futurs acquéreurs : la concurrence entre les établissements bancaires s’intensifie. En effet, ces derniers ont conservé des objectifs de production élevés pour l’année en cours.

Des conditions favorables pour la renégociation

Les conditions sont également intéressantes pour les emprunteurs souhaitant renégocier leur prêt immobilier. Il faut préciser qu’il est désormais possible de changer son assurance emprunteur dans l’objectif de réaliser des économies supplémentaires. Avec les taux d’intérêt bas, l’assurance de prêt immobilier peut représenter jusqu’à la moitié du coût total du crédit.

Pour rappel, cette couverture est exigée par les organismes prêteurs afin d’être protégés en cas d’impossibilité de remboursement de la part de l’emprunteur. Suite à la récente décision du Conseil constitutionnel, le marché de l’assurance emprunteur s’est davantage ouvert à la concurrence. Les souscripteurs peuvent dorénavant résilier leur assurance chaque année pour la substituer par un contrat aux garanties équivalentes.

Le pouvoir d’achat impacté par la hausse des prix de l’immobilier

Malgré ces conditions d’emprunt et de renégociation exceptionnelles, le pouvoir des ménages est en baisse en raison de l’augmentation des prix immobiliers. La dégradation de la solvabilité liée à la hausse des prix de l’immobilier observée depuis 6 mois a été quatre fois plus importante que ce que la baisse des taux aurait pu absorber, selon l’Observatoire Crédit Logement / CSA.

Cette perte de pouvoir d’achat est en partie compensée par l’allongement de la durée des crédits. Effectivement, en avril, la durée des prêts s’établissait à 220 mois en moyenne. Depuis début 2014, les durées des prêts bancaires ont finalement augmenté de 15 mois. Pour les prêteurs, l’augmentation de la durée des crédits représente un levier pour freiner le ralentissement de la demande.


Je simule gratuitement mon rachat de crédit

Crédit immobilier : des conditions d’emprunt toujours favorables
Laissez-nous votre avis

Publié dans Blog fonctionnaire.