Crédit immobilier à 110% : mode d’emploi

Quand un foyer ne possède pas la capacité de faire un apport dans un projet immobilier, cela revient à faire une demande de crédit à 110%. Retour sur ses principes.

Diminuer le taux d’endettement avec l’apport personnel

Avec une conjoncture où les taux d’intérêt atteignent des records historiques, les Français profitent des solutions de financement pour acheter leur logement. Il faut dire que quand il s’agit de faire une demande de prêt immobilier, les conditions présentes proposées par les établissements bancaires sont des plus attractives. Néanmoins, une question revient souvent dans la tête des emprunteurs : l’apport dans un crédit immobilier est-il obligatoire ?

D’un point de vue strictement légal déjà, rien n’impose à un demandeur de crédit de faire l’effort d’injecter des fonds propres dans son projet d’achat à l’habitat. Cependant, l’apport dans un crédit est une modalité importante pour la banque en charge d’évaluer la faisabilité du projet. Effectivement, avant de prendre la décision de débloquer ou non le financement, le conseiller va notamment procéder à une évaluation des risques afin de prévoir une menace de non-remboursement sur le long terme.

Et l’apport peut venir améliorer la qualité du profil et rassurer le professionnel sur la capacité du ménage à garantir son prêt. En effet, en son absence, le taux d’endettement augmente puisque le ménage va devoir emprunter plus. Et cet indicateur est essentiel puisqu’il permet d’en déduire le poids des crédits en cours de remboursement dans le budget mensuel d’un foyer. En cas de mensualités trop élevées, le rachat de crédit peut inclure tous les prêts pour les regrouper en une nouvelle mensualité réduite, pour améliorer la capacité d’emprunt en mesure d’être utilisée pour un projet immobilier par exemple.

Mettre les frais de notaire dans le prêt immobilier

Maintenant, l’apport est une somme dont l’utilité primaire est de payer l’intégralité des frais de transaction immobilière. Ils peuvent provenir de diverses origines, mais la majorité provient des frais de notaire qui inclut plusieurs éléments dont la part du notaire et la part des collectivités locales (droits de mutation). En moyenne, ces frais montent entre 8 à 10% du prix de la transaction du bien.

Mais est-il possible d’inclure les frais de notaire dans le prêt immobilier ? Ici, c’est une combinaison qui est tout à fait réalisable, bien que dans les faits les banques aient plus de réticences à financer ce genre de dossiers. Dans un cas similaire, c’est d’ailleurs ce qui est appelé un crédit immobilier à 110% puisque le financement va devoir prendre en considération le coût de l’habitat, mais aussi les frais de notaire.

Quels arguments pour avoir un crédit à 110% ?

Pour réussir à emprunter un prêt à 110%, il va falloir jouer la carte de la négociation en sortant des arguments en mesure de convaincre la banque de suivre le projet. Pour cela, si le niveau de revenu n’est pas suffisamment élevé pour persuader de lui-même, la qualité de la gestion des comptes (peu voire pas d’accidents de compte), la fidélité via la détention d’offres bancaires complémentaires, une bonne couverture avec l’assurance de prêt et également des garanties annexes (patrimoine existant ou ambitions professionnelles par exemple) peuvent participer à obtenir un accord pour un crédit immobilier à 110%.


Je simule gratuitement mon rachat de crédit

Publié dans Blog fonctionnaire.